Les traitements

Les traitements

La radiothérapie

La radiothérapie a lieu sur le plateau technique (premier sous-sol).

Le personnel du service de radiothérapie est à votre entière disposition pour toute information.

La prescription du traitement

Le médecin référent oncologue radiothérapeute prescrit une certaine dose de rayons X ou d’électrons de haute énergie. Ces rayons ne brûlent pas au sens propre du terme, mais ils détruisent les cellules tumorales.

En aucun cas vous n’êtes radioactif (ve) après le traitement.

Accueil du 1er SS

Accueil du 1er SS

Accueil du plateau technique

Accueil du 1er SS

Le centrage ou simulation

Avant de débuter le traitement, les manipulateurs de radiothérapie effectuent le centrage ou préparation du traitement. Cette opération consiste à réaliser un scanner avec ou sans produit de contraste dans la position de traitement. Il permet de définir et repérer précisément la tumeur et les organes sains afin d’établir un plan de traitement optimal pour chaque patient.

Scanner simulateur Light speed RT 16

Scanner simulateur Light speed RT 16

Les manipulateurs utilisent des accessoires comme des masques de contention, des cale fesses, genoux ou pieds, afin d’obtenir une parfaite reproductibilité de votre traitement. Pendant la durée du centrage – 30 à 60 minutes – vous devez maintenir la position adéquate. A l’issue de cette séance de préparation, des repères sont tracés ou tatoués à l’aide d’encre stérile sur votre peau. Les repères sont couverts par une protection transparente afin de faciliter la toilette quotidienne. Ces marques servent de repères pour obtenir des séances de traitement reproductibles. (Voir la simulation virtuelle)

La séance de traitement

La dose prescrite est toujours fractionnée en plusieurs séances, de l’ordre de 4 à 5 par semaine. Plus rarement, certains traitements nécessitent 2 séances par jour. Chaque séance dure de 10 à 20 minutes. Pendant la durée de traitement, vous devez rester immobile. Vous êtes en permanence vu et entendu par les manipulateurs et manipulatrices, grâce à un système audio – vidéo et vous pouvez communiquer avec eux.

La sureté des appareils

Les physiciens du service garantissent la précision et le bon fonctionnement des appareils utilisés. Ils procèdent à des vérifications quotidiennes systématiques. En cas d’arrêt provisoire des appareils, tout est mis en œuvre pour éviter une attente trop longue. Le traitement peut être poursuivi sur une autre machine en cas d’arrêt prolongé d’un accélérateur afin de ne pas nuire à la continuité des soins.

Effets des rayonnements sur une cellule

Le rayonnement agit sur la matière vivante en ionisant les molécules qui la composent, ce qui conduit à briser tel tout tel lien moléculaire : il peut s’agir directement des liaisons des molécules d’ADN ou bien l’ionisation peut aussi conduire à la radiolyse de l’eau dont les radicaux libres résultants attaquent chimiquement les molécules d’ADN.

La double hélice d 'ADN (Acide DésoxyriboNucléïque)

La double hélice d ‘ADN (Acide DésoxyriboNucléïque)

 

La plupart des dommages moléculaires initiaux provoqués par les rayonnements n’ont aucune conséquence, y compris ceux affectant la molécule d’ADN : la plupart des lésions sont réparables par la cellule. Cependant toutes les régions de l’ADN ne sont pas sensibles de la même manière aux rayonnements : une lésion minime en un point de la chaîne peut être incompatible avec un fonctionnement cellulaire normal.

Les cellules ne sont pas tuées immédiatement après l’exposition. Elles peuvent fonctionner normalement pendant des heures et bien plus. En revanche, elles ont perdu leur capacité de division. Il s’agit d’une mort cellulaire différée. Les cellules disparaissant après un temps variable dépendant de la vitesse de renouvellement tissulaire.

Sources Radiobiologie Radiopathologie, P. Galle et R. Paulin, Edition Masson Les rayonnements nucléaires, Que sais-je ?, P. Radvanyi, PUF

Les effets secondaires

Les cellules saines subissent inévitablement l’action des rayons. Ainsi, certains patients affrontent des désagréments comme la chute des cheveux en cas d’irradiation du crâne, des nausées et des vomissements en cas d’irradiation de l’abdomen. Votre médecin référent vous expliquera ces effets secondaires et la conduite à tenir lors des différentes consultations. Pendant le traitement, vous serez vus en consultation une fois pas semaine par votre médecin référent qui prendra en charge les eventuels effets secondaires.

Après le traitement

Lorsque vous aurez terminé vos séances de radiothérapie, vous aurez des consultations de surveillance avec le médecin référent, les médecins externes et votre médecin traitant.

Conseils

Pendant votre traitement, faites votre toilette à l’eau claire. N’utilisez ni crème, ni alcool, ni cosmétiques. Ne frottez pas les zones traitées. Portez des vêtements en coton. Utilisez un rasoir électrique pour le visage. Nous vous préconisons ces conseils afin de protéger votre peau et préserver les marques de repérage.

La curiethérapie

La curiethérapie consiste à mettre en place des fils d’iridium radioactifs dans des gaines plastiques ou métalliques au niveau de la zone à traiter. Ceci justifie que vous soyez hospitalisé dans un secteur dit  » protégé « . Dès l’ablation des fils, vous n’êtes plus radioactif(ve).

Votre médecin référent procède à l’application au bloc opératoire sous anesthésie locale ou courte anesthésie générale. Le traitement est précédé d’un bilan un bilan sanguin et une consultation d’anesthésiste si besoin.

La chimiothérapie

Le traitement

La chimiothérapie repose sur des traitements médicamenteux administrés par voies orale ou le plus souvent par perfusions et/ou injections. La chimiothérapie va agir sur toutes les cellules qui se divisent dans l’organisme et détruire les cellules cancéreuses. Par contre, les cellules saines (le sang, le tube digestif) réparent très vite les lésions provoquées par les médicaments. La chimiothérapie nécessite plusieurs cycles séparés d’un intervalle de repos de 15 jours à un mois afin d’épargner les tissus sains et d’obtenir un effet progressif sur les tissus malades.

Déroulement du traitement

Après vérification de votre bilan sanguin, votre traitement commencera. Le plus souvent, il vous sera proposé la pose d’un dispositif intraveineux – PAC -, ce qui évite d’abimer le système veineux périphérique. Le praticien effectue ce geste au bloc opératoire sous anesthésie locale.

Chimiothérapie associée à la radiothérapie

En fonction de la pathologie, il est fréquent d’associer une chimiothérapie à une radiothérapie. Vous êtes alors hospitalisé(e) pour la journée ou la semaine afin de respecter scrupuleusement la chronologie entre la chimiothérapie et la radiothérapie et d’éffectuer une surveillance renforcée.

Effets secondaires

  • Des nausées, vomissements et inflammations des muqueuses de la bouche peuvent survenir à court ou moyen terme. Pour y remédier, des traitements appropriés vous seront prescrits (perfusions, bains de bouche, antalgiques …)
  • Aplasie : la chute des globules blancs peut entraîner une sensibilité aux infections. Afin d’y remédier, on vous demandera de contrôler votre température au sortir de la chimiothérapie et dans certains cas d’avertir votre médecin référent ou le médecin de garde en cas de pic fébrile.

Suivi médical

Votre médecin traitant reçoit un compte rendu après chaque hospitalisation. A votre retour à domicile, en cas de problèmes, l’équipe médicale et paramédicale du service est à votre écoute. Vous pouvez la joindre 24 heures sur 24.